Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

La marche rapide pour aider les femmes âgées à vivre plus longtemps


Une nouvelle étude révèle que les femmes âgées qui pratiquent une activité physique modérée ou vigoureuse, comme la marche rapide, peuvent vivre plus longtemps par rapport aux femmes inactives.

Réduction des risques beaucoup plus importante que ce que l’on pensait

Cette nouvelle étude s’est attachée à étudier l’activité physique chez les femmes âgées en moyenne de 72 ans durant 4 ans. Elle a révélé qu’il y avait une forte relation entre la quantité d’exercice enregistrée sur les mesures d’activité et une réduction des risques de décès toutes causes confondues au cours de la période de suivi.

Les chercheurs expliquent que, bien que la preuve d’une telle relation ne soit pas nouvelle, l’ampleur de la réduction du risque qu’ils ont trouvée est beaucoup plus importante que celles rapportées dans la littérature scientifique jusqu’à présent.

En effet, ils ont constaté que 25% des femmes les plus actives avaient un risque de mourir 60 à 70% plus faible au cours de la période de suivi que les 25% les moins actives.

Cette nouvelle étude est l’une des premières à utiliser les données d’une nouvelle génération de dispositifs portables appelés « accéléromètres triaxiaux » et à relier les mesures à un résultat clinique.

Dans les études antérieures qui ont examiné la même relation, les données d’activité ont été glanées à partir de questionnaires ou de dispositifs moins sophistiqués. Les analyses basées sur ces dernières ont estimé une réduction des risques beaucoup plus faible, de l’ordre de 20 à 30%.

Des mesures d’activité plus sensibles et plus précises

Les dispositifs les plus avancés utilisés dans cette étude reconnaissent mieux l’activité physique et peuvent la mesurer plus précisément. Ils sont capables par exemple de différencier la marche lente d’un comportement assis ou sédentaire.

Les chercheurs notent que la conclusion d’une réduction de 60 à 70% du risque met l’effet de l’activité physique sur le même pied d’égalité que celui de ne pas fumer. Les non-fumeurs ont en effet un risque de mort prématurée 50% plus faible que les fumeurs.

L’activité physique légère n’est pas liée à une réduction du risque de mortalité

En plus de réduire de 60 à 70% le risque de décès chez les femmes âgées les plus actives, les chercheurs n’ont trouvé aucun lien entre la réduction du risque de décès et l’activité physique légère, comme une marche lente ou faire du shopping, ni même avec un comportement sédentaire.

Cependant, ils soulignent que cela ne signifie pas que l’activité d’intensité faible n’a aucune valeur. Cela pourrait bien profiter à d’autres domaines de la santé qu’ils n’ont pas mesurés dans cette étude.

Les chercheurs ont décidé d’étudier les femmes âgées parce qu’il existe des lacunes dans les données relatives à ce groupe. « Les plus jeunes, dans la vingtaine ou la trentaine, peuvent généralement participer à des activités d’intensité vigoureuse, comme courir ou pratiquer des sports collectifs. Cependant, les seniors peuvent trouver difficile, voire impossible, de faire de l’exercice d’intensité modérée ou vigoureuse ».

« Cette étude soutient les recommandations d’activité physique des autorités sanitaires. Elle ajoute également de nouvelles données à celles existantes pour éclairer les prochaines lignes directrices ».

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.