Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le soja pourrait augmenter le risque de cancer avancé de la prostate


Le soja est souvent salué pour ses bienfaits sur la santé. Mais chez les hommes, consommer du soja et d’autres aliments riches en isoflavones pourrait ne pas être aussi bénéfique.

Isoflavones et cancer de la prostate

Une nouvelle étude, publiée dans The International Journal of Cancer, suggère que le soja pourrait augmenter le risque de cancer avancé de la prostate.

Cependant, concernant le risque de cancer de la prostate non avancé, c’est-à-dire de risque de cancer qui ne se propage pas au-delà de la glande prostatique, les isoflavones alimentaires ne semblent n’avoir aucune influence significative.

Le cancer de la prostate est l’un des cancers les plus courants chez l’homme, avec 71 000 nouveaux cas en France.

Des études ont suggéré que le régime alimentaire peut affecter le risque de cancer de la prostate d’un homme. L’année dernière par exemple, une étude a révélé un lien entre un apport régulier de glucides transformés à une plus grande probabilité de cancer de la prostate, alors que d’autres recherches ont associé un régime riche en graisses à la maladie.

Cette nouvelle étude, menée par des chercheurs de l’Université de l’Indiana, à Indianapolis, suggère que l’inclusion des isoflavones dans le régime alimentaire peut également influencer le risque de cancer de la prostate.

Les isoflavones sont un type de phytoœstrogènes, des composés dérivés des plantes qui ont des effets similaires sur le corps que l’œstrogène, une hormone sexuelle féminine.

Les produits à base de soja, tels que le miso, le tempeh et le tofu, contiennent les plus fortes concentrations d’isoflavones. D’autres sources alimentaires comprennent la racine de kudzu et les haricots sauvages.

Des études ont montré que les isoflavones peuvent avoir des effets variables sur la santé. Certaines ont indiqué que les composés peuvent entraîner le cancer du sein, tandis que d’autres ont suggéré qu’ils pourraient bénéficier à certaines femmes atteintes d’un cancer du sein.

Les isoflavones augmentent le risque de cancer avancé de la prostate

Pour savoir si les isoflavones alimentaires influencent ou non le risque de cancer de la prostate, les chercheurs ont analysé les données de 27 004 hommes qui faisaient partie d’un test de dépistage de cancer de la prostate, du poumon, colorectal et de l’ovaire.

Les chercheurs ont identifié 2 589 cas de cancer de la prostate chez les hommes au cours d’une période de suivi moyenne de 11,5 ans. Parmi ces cas, 287 étaient un cancer avancé de la prostate.

Dans le cadre du test, les participants avaient rempli un questionnaire sur la fréquence des aliments consommés. Les chercheurs ont utilisé les données de ces questionnaires pour évaluer la consommation d’aliments riches en isoflavones chez les hommes.

Comparativement aux hommes qui n’avaient pas d’isoflavones dans leur alimentation, ceux qui en avaient couraient un plus grand risque de développer un cancer avancé de la prostate. En revanche, les chercheurs n’ont trouvé aucun lien entre les isoflavones alimentaires et le risque de cancer de la prostate non avancé.

« Notre étude offre de nouvelles preuves que l’apport alimentaire en isoflavones à des effets variables sur le cancer de la prostate avancé et non avancé », concluent les chercheurs.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.