Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le stress peut augmenter le risque de maladie d’Alzheimer


De nouvelles recherches suggèrent que l’épuisement vital, marqueur de détresse psychologique, peut augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Étudier le lien entre l’épuisement vital et Alzheimer

De nombreux facteurs peuvent augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer, notamment l’âge, les antécédents familiaux et la constitution génétique. Certains problèmes de santé, tels que les maladies cardiovasculaires ou le diabète, peuvent également influer sur les risques de démence, car ils affectent les vaisseaux sanguins.

Une nouvelle recherche indique que des facteurs psychologiques pourraient également influer sur le risque d’Alzheimer. Cette nouvelle étude suggère que la détresse psychologique, en particulier, peut augmenter le risque de développer une démence.

Des chercheurs du Département de santé publique de l’Université de Copenhague au Danemark ont entrepris d’étudier la possibilité d’un lien entre l’épuisement vitale et la maladie d’Alzheimer.

L’épuisement vital décrit un état mental de détresse psychologique qui se manifeste par de l’irritabilité, de la fatigue et un sentiment de démoralisation.

Comme l’expliquent les chercheurs, l’épuisement vital peut être une réaction à des problèmes insolubles dans la vie, en particulier lorsque la personne a été exposée à des facteurs de stress pendant une période prolongée. Ainsi, l’épuisement vital peut être considéré comme un signe de détresse psychologique.

Des études antérieures ont montré que l’épuisement vital peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire, de syndrome métabolique, de décès prématuré et d’obésité, entre autres conditions.

Les chercheurs ont publié leurs conclusions dans la revue Journal of Alzheimer’s Disease.

Le stress peut augmenter le risque jusqu’à 40%

Les chercheurs ont analysé les données d’une enquête menée entre 1991 et 1994 auprès de 7.000 personnes ayant en moyenne 60 ans. Dans le cadre de cette enquête, les participants avaient été interrogés sur l’épuisement vital.

Les participants ont été suivis sur le plan clinique jusqu’à fin 2016. Ils ont également examiné les dossiers hospitaliers et les registres de mortalité et d’ordonnances des participants à la recherche de diagnostics de démence.

L’étude a révélé un lien dose-réponse entre l’épuisement vital à la quarantaine et le développement ultérieur de la maladie d’Alzheimer. « Pour chaque symptôme supplémentaire d’épuisement vital, nous avons constaté que le risque de démence augmentait de 2% ».

« Les participants signalant 5 à 9 symptômes présentaient un risque de démence accru de 25% par rapport à ceux ne présentant aucun symptôme, tandis que ceux présentant 10 à 17 symptômes présentaient un risque de démence plus élevé de 40% par rapport à l’absence de symptôme ».

Les chercheurs expliquent qu’il est peu probable que les résultats soient dus à une causalité inverse, c’est-à-dire que la démence provoque un épuisement vital.

« Le stress peut avoir des conséquences graves et néfastes, non seulement sur la santé de notre cerveau, mais aussi sur notre santé en général. Les facteurs de risque cardiovasculaires sont bien connus et modifiables pour la démence. Dans certains pays, on a observé une stagnation ou même une diminution de l’incidence de la démence. Notre étude indique que nous pouvons aller plus loin dans la prévention de la démence en prenant en compte les facteurs de risque psychologiques pour la démence », ont conclu les chercheurs.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.