La plupart des seniors atteints de cancers ne sont pas opérés

...

Selon une nouvelle étude britannique, les seniors atteints de cancer sont moins susceptibles de recourir à la chirurgie que les plus jeunes.

Des statistiques qui dressent un tableau inquiétant chez les seniors

Un nouveau rapport britannique révèle une grande différence dans les taux de chirurgie pour 21 types de cancer. Alors que de nombreux facteurs peuvent être en jeu – fragilité, présence d’une autre maladie, diagnostic tardif – les patients choisissent souvent qu’il n’y ait pas d’intervention chirurgicale.

Selon l’étude, les patients les plus jeunes atteints de cancer étaient plus susceptibles d’avoir une chirurgie pour 19 types de cancer, avec de plus grandes différences entre les groupes d’âge observés s’agissant des cancers du rein et des ovaires.

La chirurgie a été effectuée sur près des trois quarts (73%) des patients atteints de cancer du rein âgés entre 15 et 54. Ce chiffre a été divisé par deux (36%) pour les patients âgés entre 75 et 84 ans, et est tombé à 11% pour les plus de 85 ans.

Environ 80% des femmes de moins de 55 ans ont subi une chirurgie pour le cancer ovarien, 37% chez celles de 75 à 84 ans et 15% chez celles de plus de 85 ans.

La chirurgie pour les trois maladies les plus mortelles – cancers du sein, de l’intestin et du poumon – suit ce même modèle chez les personnes âgées.

La chirurgie pour le cancer du poumon a été pratiquée dans 15% des cas chez les moins de 55 ans et dans 1% des cas chez les seniors de plus de 85 ans.

Pour le cancer de l’intestin, environ les deux tiers (64%) des moins de 55 ans ont été opérés et 39% chez les plus de 85 ans.

Le cancer est essentiellement une maladie liée à l’âge et donc, en raison du vieillissement croissant de la population, un plus grand nombre de cancers devront être traités. Il est donc important de découvrir les raisons intrinsèques de ces différences afin de déterminer s’il est possible de fournir des meilleurs traitements aux seniors.

La chirurgie n’est pas une option pour tous les cancers. Elle peut dépendre de l’endroit où le cancer est localisé, et surtout, à quel stade il est diagnostiqué. Plus tôt le cancer est détecté, moins il est susceptible de se propager et plus grandes sont les chances de réussite du traitement. Un diagnostic précoce est essentiel pour améliorer la survie au cancer.

« Les chirurgiens prennent en compte un certain nombre de facteurs avant de décider une chirurgie pour les patients atteints de cancer. Toutefois, la chirurgie est un traitement efficace pour de nombreux types de cancer et nous devons nous assurer que les patients sont évalués sur leur aptitude individuelle à subir des traitements indépendamment de leur âge », explique le Dr. Mick Peake, co-auteur de l’étude.

« Nous devons comprendre ce qui motive ces différences. Le diagnostic précoce est extrêmement important et nous exhortons à le faire pratiquer afin que les patients soient plus adaptés à la chirurgie et à d’autres traitements, et ce quel que soit leur âge », ajoute Nick Ormiston-Smith, statisticien à la Cancer Research UK.