La vitamine E pourrait aider à lutter contre Alzheimer

...

Une récente découverte suggère qu'une dose quotidienne de vitamine E pourrait aider à ralentir le déclin fonctionnel chez les patients atteints d'Alzheimer.

La vitamine E pour réduire la perte d'autonomie

Cette nouvelle étude démontre que la prise quotidienne de vitamine E pourrait réduire le déclin fonctionnel chez les patients atteints d’Alzheimer dans ses premiers stades, le stade de la déficience cognitive légère, et ainsi réduire la quantité de soins à fournir à ces patients.

La vitamine E est définie comme un groupe de huit composés liposolubles. Ces composés comprennent un mélange de tocophérols et de tocotriénols.

La vitamine E se trouve naturellement dans de nombreux aliments comme les œufs, les céréales enrichies, les fruits, les légumes verts, la viande, les noix, la volaille et les huiles végétales. Elle peut également être prise sous forme de supplément alimentaire.

Selon l’équipe qui a mené les recherches, dirigée par le Dr. Maurice W. Dysken du service de santé de Minneapolis aux Etats-Unis, des études antérieures avaient déjà porté sur l’utilisation de l’alphatocophérol, une forme de vitamine E, qui agit également comme un antioxydant, chez les patients souffrant du stade le plus grave de la maladie d’Alzheimer.

Ces études ont montré que la vitamine E est efficace dans le ralentissement de la progression de la maladie d’Alzheimer dans les stades modérés à sévères.

Cependant, les chercheurs soulignent que l’utilisation de la vitamine E n’avait pas encore été étudiée chez les patients souffrant d’Alzheimer dans ses premiers stades.

Dans cet esprit, les chercheurs ont analysé 613 patients atteints d’Alzheimer sous les formes légère à modérée.

Parmi ces patients, 155 ont reçu 20 milligrammes par jour de mémantine, une classe de médicaments utilisés pour traiter la maladie d’Alzheimer, 152 patients ont reçu 2.000 unités internationales (UI) par jour de vitamine E, 154 patients ont reçu la combinaison des deux, et 152 ont reçu un placebo. Les patients ont été suivis pendant deux ans et demi.

La vitamine E réduit le déclin fonctionnel de 6 mois

Les résultats de l’étude ont révélé que les patients qui ont reçu de la vitamine E présentaient une réduction de 19% de leur déclin fonctionnel, par rapport aux patients ayant reçu un placebo. Les chercheurs affirment que c’est l’équivalent « d’un retard cliniquement significatif dans la progression d’Alzheimer de 6,2 mois ».

En outre, les chercheurs ont constaté que els patients qui avaient reçu de la vitamine E nécessitaient deux heures de soins de moins par jour.

Les chercheurs soulignent que le déclin fonctionnel à la suite de la maladie d’Alzheimer est de plus en plus reconnu comme ayant un impact significatif sur la qualité de vie du patient.

Toutefois, les patients doivent être conscients que le dosage de la vitamine E pris dans cette étude est significativement plus élevé que les recommandations d’apport journalier fixé à 1.500 UI, et que cela peut être nocif pour certains.

« Bien que cette étude sur le lien entre la vitamine E et la réduction de la perte d’autonomie soit d’un grand intérêt, davantage de recherches restent nécessaires », explique Doug Brown, directeur de la recherche et du développement de la Société Alzheimer au Royaume-Uni.