Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

La théorie de la restriction alimentaire pour vivre plus longtemps


Une nouvelle théorie de l’évolution publiée dans la revue BioEssays, affirme que la consommation d’un régime pauvre en éléments nutritifs peut prolonger la durée de vie des animaux en laboratoire, une constatation qui pourrait s’appliquer chez l’homme.

Une théorie de l’évolution possible mais peu probable

Les scientifiques savent depuis des décennies que restreindre l’apport alimentaire réduit l’incidence des maladies de la vieillesse comme le cancer et augmente la durée de vie.

« Cet effet a été démontré dans les laboratoires du monde entier, chez des espèces allant de la mouche à la souris. Il existe également des preuves que cela se produit chez les primates », explique l’auteur principal de l’étude, le Dr. Margo Adler, un biologiste évolutionniste à l’UNSW Australia.

La théorie la plus largement acceptée est que cet effet a évolué pour améliorer la survie en période de famine. « Nous soutenons que cette hypothèse est incompatible avec les données récentes et en contradiction avec l’écologie des populations naturelles. Nous concluons que l’effet de l’extension de la durée de vie est susceptible d’être un artefact de laboratoire : contrairement à la captivité, la plupart des animaux vivant dans des environnements naturels pourraient ne pas bénéficier de l’extension de la durée de vie par la restriction alimentaire », explique le Dr. Adler.

L’extension de la durée de vie est en effet peu probable dans la nature, car la restriction alimentaire compromet la capacité du système immunitaire à combattre la maladie et réduit la force musculaire nécessaire pour fuir un prédateur.

« Contrairement aux conditions bénignes en laboratoire, la plupart des animaux à l’état sauvage sont tués jeunes par des parasites ou des prédateurs. Depuis que la restriction alimentaire semble étendre la durée de vie en laboratoire par la réduction des maladies liées à la vieillesse, il est peu probable d’avoir le même effet chez les animaux sauvages, qui généralement ne vivent pas assez longtemps pour être touchés par le cancer ou d’autres pathologies de fin de vie », poursuit le Dr. Adler.

Favoriser le recyclage cellulaire

Cependant, la restriction alimentaire conduit à une augmentation des taux de recyclage cellulaire et à des mécanismes de réparation de l’organisme.

La nouvelle théorie des chercheurs de l’UNSW est que cet effet a évolué pour aider les animaux à continuer de se reproduire que la nourriture devient rare. Ils ont donc besoin de moins de nourriture pour survivre car les nutriments stockés dans les cellules peuvent être recyclées et réutilisées.

C’est cet effet qui pourrait expliquer la durée de vie accrue des animaux de laboratoire recevant des régimes très faibles en nutriments, car le recyclage cellulaire accru réduit la détérioration des cellules et le risque de cancer.

« C’est l’aspect le plus intrigant, d’un point de vue de santé humaine. Bien que la durée de vie prolongée puisse être simplement un effet secondaire de la restriction alimentaire, une meilleure compréhension de ces mécanismes de recyclage cellulaires qui conduisent à cet effet pourrait grandement améliorer la qualité de vie des humains ».

Il peut être possible à l’avenir, par exemple, de développer des médicaments qui imitent l’effet de cette nouvelle théorie de l’évolution. 

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.