Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Les seniors plus à risque de consommation nocive d’alcool


Les personnes âgées de plus de 50 ans, en pleine forme, actives, socialement engagées et aisées sont plus à risque à l’abus d’alcool selon une nouvelle étude publiée dans la revue BMJ Open.

40% des seniors boivent de l’alcool

Le Pr. José Iparraguirre, auteur de l’étude, explique que les résultats montrent que la consommation nocive d’alcool peut cacher des problèmes de santé ou sociaux dans les populations âgées au vieillissement réussi.

Alors que la consommation d’alcool est plus fréquente chez les jeunes adultes, des enquêtes montrent que près de 40% des seniors de plus de 65 ans consomment de l’alcool, et certains connaissent des problèmes d’alcoolisme.

Pour son étude, le Pr. Iparraguirre a cherché à déterminer les facteurs à l’origine de la consommation abusive d’alcool, définie comme la consommation de 50 unités par semaine pour les hommes et 35 pour les femmes, chez les adultes de plus de 50 ans.

Il a analysé les réponses de l’enquête de 9 251 hommes et femmes qui faisaient partie de l’étude ELSA sur le vieillissement au Royaume-Uni.

Dans le cadre de l’enquête, les participants ont été interrogés sur leur consommation hebdomadaire d’alcool aux côtés d’un certain nombre de facteurs pouvant influencer leurs habitudes de consommation, comme l’état matrimonial, les responsabilités familiales, le niveau de scolarité, le tabagisme, l’alimentation, les niveaux d’activité physique, la solitude et la dépression, l’état de santé, le statut d’emploi et l’engagement social.

Le vieillissement réussi augmente le risque de consommation nocive d’alcool

Les résultats ont révélé que pour les hommes, le risque de consommation nocive d’alcool a atteint un pic au début de la soixantaine avant de chuter. Pour les femmes, ce risque se réduit à mesure qu’elles vieillissent.

Les femmes ayant un revenu important ont été jugées à risque plus élevé de consommation nocive d’alcool que celles avec un faible revenu. Tandis que chez les hommes et les femmes en bonne santé, le tabagisme et un niveau de scolarité plus élevé ont été associés à un risque accru.

Les sentiments de solitude et la dépression ne sont pas liés à un risque accru. Cependant, les hommes vivant seuls ont un risque plus élevé, même chez ceux qui sont séparés ou divorcés de leur partenaire.

Le statut de l’emploi des participants ne semble pas affecter le risque, bien que les femmes à la retraite montrent un risque accru.

Les responsabilités familiales réduisent le risque chez les femmes, tandis que les croyances religieuses ne sont pas associées à la probabilité de réduction du risque chez les hommes et les femmes.

Chez les femmes, la solitude précoce et des revenus plus élevés ont été associés à une plus grande probabilité de consommation abusive d’alcool. Pour les hommes, leurs responsabilités familiales, la solitude, la vieillesse et un faible revenu ont été associés à un risque réduit.

Sur la base des résultats, le Pr. Iparraguirre estime que le problème de la consommation nocive d’alcool chez les plus de 50 ans est un phénomène de classe moyenne. « Les gens en bonne santé, avec un revenu et un niveau de scolarité plus élevés et socialement plus actifs sont davantage susceptibles d’abuser de l’alcool ».

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.