Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Les seniors âgés devraient adopter un animal de compagnie


Selon une nouvelle étude, les seniors les plus âgés, en particulier ceux qui ont des difficultés financières, sont à risque élevé de maladie et de troubles émotionnels, dont les effets pourraient être considérablement réduits par la présence d’un animal.

Des avantages potentiels et des obstacles

Des chercheurs ont étudié la littérature sur la possession d’animaux domestiques par les seniors. Ils ont découvert de nombreux avantages potentiels pour leur santé physique et émotionnelle, mais également un certain nombre d’obstacles auxquels ces seniors sont confrontés concernant l’adoption d’animaux domestiques.

Les animaux procurent non seulement de la compagnie, mais améliorent également la santé par d’autres moyens, comme le soutien émotionnel et l’augmentation de l’activité physique.

Cependant, les personnes âgées sont confrontées à de nombreux obstacles à la possession d’animaux : elles peuvent être préoccupées par le coût, par la perception qu’elles ont de leur santé physique et leur capacité à pouvoir nourrir et prendre soin d’un animal domestique. Elles peuvent également se soucier de ce qui pourrait arriver à leur bien-aimé compagnon si elles venaient à tomber gravement malade ou décéder.

« Il y a beaucoup de personnes âgées qui pensent qu’elles peuvent tirer avantage de la possession d’animaux domestique et sont conscientes qu’il y a beaucoup d’animaux en besoin d’adoption. Pourtant, il existe des obstacles qui peuvent entraver, voire empêcher ce processus d’adoption », expliquent les chercheurs.

Le résultat est une situation perdant-perdant : les personnes âgées se voient refusées les avantages potentiels de la possession d’animaux domestiques et ces derniers restent plus longtemps dans des abris et sont donc davantage susceptibles d’être euthanasiés.

La perception du handicap est la principale barrière à l’adoption

Dans un effort pour transformer la situation en une relation gagnant-gagnant, leurs chercheurs expliquent que les personnes âgées ne devraient pas percevoir leurs conditions chroniques, telles que le diabète, l’arthrite, l’hypertension ou l’obésité, comme un réel handicap. Les pays développés comme les Etats-Unis, connaissent une hausse de ces maladies chroniques, mais les niveaux d’invalidité sont en baisse.

Une solution pourrait être d’augmenter les moyens de soutenir les personnes atteintes de ces maladies chroniques, comme par exemple l’accroissement des soins à domicile et les technologies d’assistance.

« Le véritable obstacle à la possession d’un animal domestique par une personne âgée se trouve davantage dans la perception du handicap que dans les limites physiques réelles », commentent les chercheurs.

Ces derniers estiment que les personnes âgées doutent de leurs capacités, alors qu’en réalité, elles sont capables de prendre soin d’un animal de compagnie. Elles ont besoin de confiance et de soutien pour les aider à adopter un animal domestique.

En outre, elles peuvent choisir un animal qui exige moins d’attention : un chien sera plus exigeant puisqu’il doit être exercé régulièrement, tandis qu’un chat est autonome. Les cobayes et les lapins ont besoin d’encore moins d’attention physique. Les personnes âgées devraient donc être amenées à envisager d’autres options qui sont davantage compatibles avec leurs besoins et leurs capacités.

Enfin, les chercheurs préconisent que les professionnels de santé devraient encourager l’adoption d’animaux domestiques, voire « prescrire » le droit d’adoption, pour répondre par exemple à l’isolement, la douleur ou la dépression.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.