Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Les informations demandées sont nécessaires pour avoir accès aux devis , vous disposez d’un droit de modification ou de suppression de ces données

L'exposition aux pesticides influe sur la maladie de Parkinson


Une nouvelle étude suggère que l'exposition aux pesticides, même en faible quantité, peut accroître le risque de développer la maladie de Parkinson. En outre, les individus possédant des variantes génétiques spécifiques peuvent y être encore plus sensibles.

L’ALDH bloquée par les pesticides

Dans une précédente étude publiée dans la revue PNAS, le Dr. Jeff Bronstein et son équipe de l’Université de Californie à Los Angeles avaient découvert un lien entre la maladie de Parkinson et un pesticide appelé « bénomyl ».

Le bénomyl est un fongicide dont l’utilisation a été interdite aux Etats-Unis par l’agence américaine de protection de l’environnement en 2001 après avoir été considéré comme un cancérogène probable.

Les chercheurs avaient découvert que ce pesticide bloquait une enzyme appelée ALDH. Si cette enzyme est bloquée, cela peut jouer un rôle dans le développement de la maladie de Parkinson.

Dans cette nouvelle étude publiée dans la revue Neurology, les chercheurs ont cherché à savoir si d’autres pesticides pouvaient avoir un effet similaire, en analysant 360 patients atteints de la maladie de Parkinson et 812 autres patients sains. Ils ont pour cela mesuré leur exposition aux pesticides au travail et à la maison.

Les pesticides augmentent le risque de Parkinson à de faibles concentrations

Les chercheurs ont découvert 11 autres pesticides qui bloquent l’ALDH. Ils ont également constaté que ces pesticides ont augmenté le risque de la maladie lors d’une exposition à des concentrations bien moins élevées que celles utilisées.

« Nous avons été très surpris de voir que tant de pesticides inhibaient l’ALDH à de si faibles concentrations, des concentrations qui étaient bien en-dessous de ce qui est nécessaire pour leur utilisation », explique le Dr. Bronstein. « Ces pesticides sont omniprésents et peuvent être retrouvés dans notre alimentation. Ils sont utilisés dans les parcs et les parcours de golf et dans la lutte antiparasitaire à l’intérieur des bâtiments et des maisons. Ce qui élargit considérablement le nombre de personnes à risque ».

Des personnes atteintes d’une variante génétique sont plus à risque

En outre, les chercheurs ont observé que les personnes présentant une variante génétique commune du gène ALDH2 étaient plus sensibles aux effets de blocage par les pesticides et sont 6 fois plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson, par rapport aux personnes exposées aux pesticides mais ne présentant pas la variante.

Cependant, les chercheurs ont découvert que les personnes qui possédaient la variante et qui n’avaient pas été exposées n’avaient pas présenté un risque accru de la maladie.

« L’inhibition de l’ALDH semble être un mécanisme important par lequel ces toxines environnementales contribuent à la pathogénèse de la maladie de Parkinson, en particulier chez les personnes génétiquement vulnérables », explique le Pr. Beate Ritz, co-auteur de l’étude. « Cela suggère plusieurs interventions possibles pour réduire l’occurrence de la maladie de Parkinson ou pour ralentir sa progression ».

Les chercheurs ont conclu que les thérapies impliquant la modulation de l’activité de l’enzyme ALDH ou l’élimination des aldéhydes toxiques devraient être créées. Ils précisent que ces interventions pourraient réduire l’apparition de la maladie ou ralentir sa progression chez les personnes exposées à ces pesticides.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.