Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le mercure des fruits de mer ne contribue pas à Alzheimer


Il y a de nombreux avantages associés à la consommation de fruits de mer, mais ces derniers sont également source de mercure, une neurotoxine qui affecte le développement neurocognitif. On sait peu de choses des liens possibles entre la consommation des fruits de mer et le mercure dans le cerveau. Une équipe de chercheurs a voulu en savoir plus.

Première étude à examiner les niveaux de mercure et les neuropathologies du cerveau

Des études antérieures ont révélé des liens entre la protection fournies par les fruits de mer contre la démence, mais parce que le mercure est une neurotoxine connue, on pensait qu’il pouvait être préjudiciable au cerveau et potentiellement contribuer à la maladie d’Alzheimer.

Les fruits de mer ont été reconnus pour avoir des propriétés bénéfiques spécifiquement liées à la fonction cérébrale, laquelle est largement affectée dans la maladie d’Alzheimer.

Pour approfondir la possibilité d’un lien entre la consommation de fruits de mer, les niveaux de mercure dans le cerveau et les neuropathies cérébrales, les chercheurs, dirigés par Martha Clare Morris du Rush University Medical Center à Chicago, ont effectué une analyse de patients décédés qui faisaient partie d’une étude sur les neuropathologies cliniques entre 2003 et 2004.

Sur les 544 participants, 286 ont été autopsiés après leur mort. L’âge moyen de décès était de 90 ans et 67% étaient des femmes.

Les chercheurs ont mesuré la consommation de fruits de mer durant environ 4,5 ans avant les décès. Les résultats ont montré que la consommation d’un ou plusieurs fruits de mer par semaine a été corrélée avec moins de fréquence d’apparition d’Alzheimer. Les chercheurs notent que cette conclusion ne s’appliquait que pour les porteurs du gène APOE-E4, une variante d’un gène lié à un risque accru de développement d’Alzheimer.

En outre, bien que la consommation de fruits de mer ait été liée à des niveaux supérieurs de mercure dans le cerveau, les chercheurs affirment que ces niveaux ne sont pas significativement liés à l’augmentation du développement de neuropathologies.

Et la supplémentation en huile de poisson n’a eu aucun lien statistiquement significatif avec aucune neuropathologie.

Le mercure n’aurait pas d’effet néfaste sur le cerveau

« La découverte d’aucune corrélation néfaste du mercure sur le cerveau est soutenue par un certain nombre d’études antérieures », expliquent les chercheurs.

Cependant, parce que la consommation de fruits de mer dans la population de l’étude était modérée, les chercheurs soulignent que leurs résultats ne peuvent être généralisés à des populations présentant soit des niveaux de mercure élevés, soit une tendance importante à la consommation de fruits de mer.

« Une préoccupation majeure de santé publique était de savoir si l’exposition accrue au mercure en provenance de la consommation de fruits de mer pouvait avoir des effets nocifs sur le cerveau à mesure que nous vieillissons. Cette étude apporte la preuve que cette exposition accrue au mercure n’est pas corrélée à une augmentation des pathologies du cerveau  associées à la démence », commente Martha Morris.

Son équipe et elle souhaitent désormais examiner si les niveaux de consommation de fruits de mer et de mercure affectent d’autres mesures de la santé du cerveau.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.