Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le gène REST, le chaînon manquant dans la maladie d’Alzheimer


Jusqu’à présent, on pensait que seules les protéines anormales Tau et bêta-amyloïdes étaient responsables de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence. Ce n’est plus le cas. Il semblerait que chez certaines personnes, le gène REST ne soit plus en mesure d’effectuer son rôle protecteur des neurones.

Le gène REST réactivé pour lutter contre le vieillissement

Après la formidable découverte de l’implication du gène REST dans les maladies neurodégénératives comme la démence et Alzheimer, davantage de recherches ont été effectuées pour connaître son rôle et le mécanisme dont il dépend.

La seule activité connue jusqu’à présent de ce gène était de protéger les neurones du cerveau lors de son développement à l’état fœtal. Puis il « s’endormait » après la naissance, restant latent dans l’organisme, bien que certaines études aient suggéré qu’il continuait d’être actif en le protégeant contre plusieurs types de cancer et d’autres maladies.

Le chercheur qui a découvert la nouvelle fonctionnalité du REST, le Pr. Bruce Yankner, celui-là même qui découvrit les agrégats de bêta-amyloïdes dans les années 1990, s’est posé une simple question : « Dans la vie d’une personne, quand les cellules du cerveau sont-elles les plus vulnérables ? ». « La première fois est pendant le développement fœtal, lorsque la perte de jeunes neurones serait dévastatrice. La seconde est au cours du vieillissement, lorsque nous sommes bombardés de stress oxydatif et par les protéines anormales ou agrégées, telles que la bêta-amyloïde ou la protéine Tau observées dans la maladie d’Alzheimer. Il semble logique donc qu’un tel système puisse venir à ces deux reprises pour protéger les neurones qui sont en grande partie irremplaçables ».

Le Pr. Yankner s’est attaché à mettre en lumière la relation entre le REST et le vieillissement du cerveau grâce à une combinaison d’expériences et d’études du tissu cérébral de personnes âgées atteintes ou non de démence.

Son équipe a observé que le REST est réactivé dans le cerveau lors du processus normal de vieillissement. En revanche, selon la forme de démence, le REST est peu ou pas existant. En effet, pour une déficience cognitive légère, elle a observé une baisse du taux de REST, et pour les personnes atteintes d’Alzheimer, de démence fronto-temporale ou de démence à corps de Lewy, le REST a littéralement été balayé de l’organisme.

« La perte du REST est en corrélation très étroite avec la perte de la mémoire, en particulier la mémoire épisodique ou autobiographique, signe avant-coureur de la maladie d’Alzheimer », explique Yankner.

« Cela suggère qu’une personne peut être en mesure de résister aux effets toxiques de la pathologie d’Alzheimer si les niveaux de REST restent élevés ». « Si nous pouvions activer la résistance de ce réseau de gènes grâce à des médicaments, nous pourrions intervenir très tôt dans le processus d’Alzheimer ».

Dans une autre étude, l’équipe a constaté que le REST est fortement corrélé avec la longévité accrue. En effet, les niveaux de REST étaient plus élevés chez les personnes ayant vécu 90 ou 100 ans et qui étaient restées saines de tout déclin cognitif, ce qui suggère qu’elles auraient pu être protégées contre la démence.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.