Seniors : Pourquoi paraissez-vous plus jeunes que d’autres ?

...

La quête pour trouver la fontaine de jouvence est probablement aussi vieille que le vieillissement lui-même. Une nouvelle recherche rapproche l’humanité de cette découverte. En effet, un gène a été identifié pour jouer un rôle dans le maintien de la jeunesse.

La perception de l’âge grâce au visage

Les êtres humains ont la capacité subconsciente de prendre une décision rapide sur la base du visage de quelqu’un.

Cela nous a servi tout au long de l’histoire de l’évolution : lire les expressions faciales peut créer une différence entre une rencontre amicale et un combat à mort.

Au-delà des expressions faciales de colère et de peur, nous sommes également prédisposés à juger les individus à leur âge. Quelqu’un de plus jeune pourrait être perçu comme un rival ou être choisi comme partenaire potentiel par rapport à un individu plus âgé, semblant susceptible d’être moins fertile.

Une équipe de recherche néerlandaise a, pour la première fois, identifié un gène en partie responsable d’une apparence plus jeune. Bien qu’un seul gène ne puisse pas expliquer les subtilités du vieillissement, sa découverte peut ouvrir de nouvelles pistes de recherche.

Les chercheurs ont étudié plus de 8 millions de variantes d’ADN dans le cadre de cette étude.

Un gène à l’origine de l’âge perçu

Des études antérieures ont démontré que l’âge d’un individu est la combinaison de gènes et de leur environnement, et que l’âge perçu du visage d’un individu prédit sa santé générale et sa mortalité.

Il semble qu’il y ait un lien entre l’âge perçu d’une personne et sa santé, quel que soit son âge chronologique.

Les chercheurs ont utilisé les données du génome de 2 600 seniors et constaté qu’un gène corrélait l’âge perçu du visage : le gène MC1R.

« Pour la première fois, un gène a été identifié expliquant en partie pourquoi certaines personnes semblent être plus âgées et d’autres plus jeunes pour leur âge », expliquent les chercheurs.

Les personnes présentant une variante particulière de ce gène ont été perçues comme ayant 2 ans de moins que leur âge réel. Ces effets étaient indépendants de leur âge chronologique, leur sexe et la quantité de rides.

Cette constatation est également soutenue par les résultats similaires de deux autres études à grande échelle.

Le rôle du MC1R

Le MC1R contient des instructions pour la production d’un récepteur appelé mélanocortine 1. Ce récepteur joue un rôle dans la coloration de la peau, des cheveux et des yeux. Une certaine variante du gène se trouve couramment chez les personnes à la peau claire, aux cheveux roux et avec des taches de rousseur. Une diminution de la fonction de ce gène a été liée à une sensibilité accrue au soleil et associée aux cancers de la peau.

Le MC1R est également connu pour jouer un rôle dans l’inflammation et la réparation de l’ADN endommagé. Cela pourrait être la clé pour comprendre comment la variante semble conserver les individus plus jeunes.

« Nous croyons que l’utilisation de la perception de l’âge est l’une des meilleurs façons de mesurer comment les gens vieillissent bien. Nous espérons mener de nouvelles recherches dans ce domaine », concluent les chercheurs.