Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le déclin cognitif peut augmenter le risque d’AVC chez les seniors


De précédentes recherches avaient déjà démontré qu’une mauvaise santé cardiovasculaire pouvait augmenter le risque d’altération de la mémoire et de la faculté d’apprentissage. Une nouvelle étude suggère que l’inverse pourrait également être vrai : le déclin cognitif pourrait augmenter le risque d’AVC chez les adultes de plus de 65 ans.

L’AVC, un événement de santé fréquent

En France, l’AVC est la 3ème cause de mortalité pour les hommes et la 1ère pour les femmes, et en 2010, on a dénombré plus de 32500 décès liés, malgré une tendance continue à la baisse (-55% entre 1990 et 2010). L’âge moyen de survenue d’un AVC est de 73 ans (70 pour les hommes et 76 pour les femmes), bien qu’il touche toutes les tranches d’âge.

La pression artérielle, un taux de cholestérol fort, le diabète et les maladies cardiaques sont autant de facteurs à risque reconnus. Le déclin cognitif pourrait-il s’ajouter à cette liste ?

L’auteur principal de l’étude, Kumar Rajan, professeur au Centre Médical de l’Université Rush à Chicago, explique que la majorité des études cliniques examine la déficience cognitive après un AVC, mais que seule une poignée mesure sur le long terme le fonctionnement cognitif avant un AVC ou un décès.

Sur cette base, le Pr. Rajan et son équipe ont mené une étude, publiée dans la revue Stroke, afin d’observer si le fonctionnement cognitif influe sur le risque d’accident vasculaire cérébral, plutôt que l’inverse.

Le déclin cognitif est un marqueur d’AVC chez les seniors de plus de 65 ans

Les chercheurs ont analysé les données du fonctionnement cognitif de 7217 adultes américains âgés de plus de 65 ans. Les participants ont été suivis tous les 3 ans, jusqu’à ce que pour certains une occurrence d’AVC se déclenche. Au cours de ce suivi, les participants devaient effectuer 4 tests mesurant certaines fonctions cognitives, y compris sur la mémoire à court et long termes, la sensibilisation à l’environnement et l’attention.

Les chercheurs ont constaté que les participants ayant des scores faibles à leurs tests avant d’avoir un AVC présentaient un risque d’occurrence plus élevé de 61%, comparativement à ceux qui avaient des scores importants.

Ils ont également constaté que, après un AVC, le fonctionnement cognitif chez les participants avait diminué deux fois plus vite qu’avant l’occurrence.

En outre, les participants qui ont eu un AVC et présentaient un déclin cognitif ont été jugés à risque accru de décès. Parmi ceux qui ont souffert d’une AVC avant l’étude et obtenaient de faibles scores aux tests, 78% sont décédés durant la période de suivi.

Selon les résultats de l’étude, l’AVC chez les seniors peut être causé par une mauvaise fonction cognitive, et peut accélérer le déclin cognitif. « Une fonction cognitive faible est généralement associée à une mauvaise santé neurologique. L’aggravation de cette dernière peut conduire à plusieurs problèmes de santé, l’AVC étant l’un d’entre eux », explique le Pr. Rajan. « Du point de vue des soins, le déclin cognitif est non seulement un marqueur fort de la détérioration neurologique et de la santé physique chez les seniors, mais sert également de marqueur d’AVC chez ces mêmes personnes », conclut-il.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.