Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

La thérapie de testostérone peut favoriser le cancer de la prostate


Des recherches révèlent que la testostérone augmenterait le risque de tumeurs de la prostate et exacerberait les effets de l’exposition chimique cancérogène chez le rat. Les chercheurs préconisent de réduire les prescriptions de thérapie de testostérone.

La thérapie de testostérone

L’utilisation de la testostérone a explosé depuis 10 ans, notamment chez les seniors qui cherchent à stimuler leur énergie et se sentir plus jeune. Une étude publiée dans la revue The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism a constaté que le nombre d’hommes américains qui ont commencé la thérapie de testostérone a presque quadruplé depuis 2000, malgré les inquiétudes liées aux risques cardiovasculaires potentiels.

Les lignes directrices de pratique clinique de l’Endocrine Society sur la thérapie de testostérone chez les hommes adultes recommandent la prescription de testostérone uniquement pour ceux qui ont sans équivoque de faibles niveaux de cette hormone et une diminution de la libido, un dysfonctionnement érectile ou d’autres symptômes de l’hypogonadisme, une condition qui résulte d’un faible taux de testostérone.

« Cette recherche montre que la testostérone seule est faiblement cancérogène chez les rats mâles », explique l’auteur de l’étude, Martin C. Bosland, professeur à l’Université de l’Illinois à Chicago. « Mais lorsqu’elle est combinée à d’autres produits chimiques cancérogènes, la testostérone crée un environnement propice au développement de tumeurs. Si ces mêmes conclusions se vérifient chez les humains, elle deviendra une réelle préoccupation de santé publique ».

Des rats ont développé des tumeurs

Cette étude a examiné l’incidence du cancer sur la prostate. Les rats ont reçu de la testostérone par des dispositifs d’injection à libération lente. Avant que les rats n’aient reçu des doses de testostérone, certains d’entre eux ont reçu des injections de N-nitroso-N-méthylurée, un agent chimique cancérogène.

Parmi les rats qui ont reçu de la testostérone sans produit chimique cancérogène, 10 à 18% ont développé des carcinomes de la prostate. Le traitement de testostérone seul n’a pas induit de tumeurs spécifiques à d’autres sites, mais par rapport aux rats témoins, cela a provoqué une augmentation significative du nombre de rats présentant des tumeurs malignes dans différents sites. Quand les rats ont été exposés à la testostérone et à l’agent cancérogène, le traitement a causé le cancer de la prostate chez 50 à 71% des rats. Même lorsque la dose d’hormone était trop faible pour augmenter les niveaux de testostérone dans le sang, la moitié des rats a développé des tumeurs de la prostate. Les animaux qui ont été exposés à la testostérone chimique mais non cancérogène, aucun rat n’a développé de cancer de la prostate.

« Comme la croissance de la thérapie de testostérone est relativement récente et le cancer de la prostate une maladie lente, il n’existe actuellement pas de données pour déterminer si cette hormone peut accroître le risque de cancer de la prostate chez l’homme », a déclaré le Pr. Bosland. « Tant que les études sur des humains ne sont pas menées, il serait prudent de limiter les prescriptions de testostérone aux hommes atteints d’hypogonadisme clinique et limiter son utilisation chez les hommes à des fins non médicales, y compris pour les signes normaux du vieillissement ».

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.