Famille Couple Sénior Image 3 Image 4 Image 5 Lunette lentille Logos

Définissez votre budget et vos besoins (facultatif)

Budget

Consultations

Hospitalisation

Optique

Dentaire

Remplissez ce formulaire puis Cliquer sur "Comparez et Economisez" afin d'obtenir vos devis


Votre conjoint
Vos enfants

Je déclare être âgée de plus de 16 ans et accepte d'être contacté par email ou par téléphone pour obtenir une étude comparative en fonction de mes besoins.

Conformément à la législation en vigueur, notamment le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’opposition et de suppression de vos données personnelles que vous pouvez exercer en envoyant un e-mail à l’adresse suivante : donneespersonnelles@accessante.fr. Pour plus d’informations sur la façon dont ACCESSANTE collecte et traite vos données personnelles, consultez notre politique de protection des données personnelles.

Seniors : la résolution des problèmes empêche-t-elle le déclin mental ?


Une conviction largement répandue veut que plus nous utilisons notre cerveau, moins nous risquons de connaître un déclin mental avec l’âge. Mais dans quelle mesure cette notion est-elle vraie ?

En vieillissant, notre corps et notre esprit commencent à perdre de leur souplesse. C’est un effet normal du vieillissement, bien que parfois, le déclin puisse être plus important et lié aux conditions neurodégénératives.

Les recherches existantes suggèrent que les gens peuvent prévenir le déclin mental lié à l’âge s’ils entreprennent certaines actions, notamment entrainer son cerveau en le remettant en question au moyen d’énigmes et d’activité similaires de résolution de problèmes.

Une équipe de chercheurs de l’Université d’Aberdeen et de l’Université nationale d’Irlande a tenté d’identifier la véracité de cette idée.

L’impact de la résolution des problèmes sur le déclin mental

Les chercheurs ont analysé les données de 498 participants tous nés en 1936 et ayant passé un test d’intelligence, le test de Moray House, à l’âge de 11 ans, dans le cadre du Scottish Mental Survey en 1947.

Au terme de la présente étude, les participants avaient environ 64 ans et avaient fourni des informations sur leurs antécédents scolaires et leurs capacités mentales au départ. Ils ont tous convenu d’entreprendre des tests supplémentaires, évaluant les vitesses de la mémoire et du traitement mental, ainsi que d’autres mesures de la fonction cognitive, à cinq reprises au cours des 15 années suivantes.

Celles-ci comprenaient des tests de substitution de symboles numériques, des tests d’apprentissage auditif et verbal et des évaluations mesurant l’intérêt des participants pour la lecture et la résolution de problèmes, leur pensée critique et leur curiosité intellectuelle.

Après avoir pris en compte les facteurs de modification potentiels, les chercheurs ont constaté que les activités de résolution de problèmes n’influaient pas sur le taux de déclin mental lié à l’âge. Cependant, s’engager régulièrement dans de telles activités semblait améliorer les compétences cognitives d’une personne tout au long de sa vie.

Cela signifiait également que les personnes qui aimaient entreprendre des tâches de résolution de problèmes, telles que faire des mots-croisés, résoudre des énigmes ou des problèmes de sudoku, avaient de meilleures capacités mentales par la suite.

Un point de départ plus élevé pour le déclin

Selon les chercheurs, les résultats de l’étude suggèrent que, même si cela ne peut pas enrayer le déclin cognitif lié à l’âge, la résolution des problèmes permet au cerveau de rester en meilleure forme plus tôt dans la vie, de sorte que le déclin mental ne soit pas aussi perceptible plus tard.

« Ces résultats indiquent que l’engagement dans la résolution de problèmes ne protège pas un individu contre le déclin, mais donne un point de départ plus élevé à partir duquel le déclin est observé et compense le point où le handicap devient significatif », commentent les chercheurs.

Dans le même temps, cependant, les chercheurs notent qu’il s’agissait d’une étude d’observation. Il faut donc être prudent lorsqu’il s’agit d’inférer une relation de cause à effet. Des facteurs autres que la résolution régulière de problèmes, tels que la personnalité d’un individu, peuvent contribuer à améliorer ses compétences cognitives au cours de sa vie.

 

Saisissez votre numéro de téléphone :

Quand souhaitez vous être joint :


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Votre demande à été enregistrée, un conseiller va vous rappeler.
Cliquez sur le bouton "Terminer" pour fermer cette fenêtre


Conformément aux articles de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous pouvez obtenir la rectification ou la suppression des informations vous concernant.

Vos données personnelles ne seront aucunement communiquées et seront utilisées dans l'unique usage de vous transmettre des devis et offres promotionnelles.

Conformément à l'article L121-34 du code de la consommation, vous disposez du droit de vous inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique Bloctel.